Quelques chiffres

Il est indéniable que le niveau d’éducation améliore la qualité de vie car il devient de plus en plus difficile de trouver un emploi sans un minimum d’éducation. Aujourd’hui, la maîtrise d’un métier et des études postsecondaires sont quasi essentielles pour se trouver un emploi suffisamment rémunérateur, pour mener une vie exempte de pauvreté et élever convenablement une famille. L’éducation est aussi un déterminant important de la santé.

Or, on constate un taux plus élevé de pauvreté chez les femmes que chez les hommes au Nouveau-Brunswick, et selon Statistique Canada, en 2011, 28 % des familles monoparentales ayant une femme à leur tête vivaient en dessous du seuil de la pauvreté. Plusieurs sont aux prises avec cette situation dès leur sortie de l’école secondaire et demeurent confinées dans des emplois mal rémunérés durant toute leur vie active. En effet, selon le gouvernement du N.-B., en 2011, 65 % des personnes travaillant au salaire minimum étaient des femmes.